Accueil > Conservatoire des Archives et des Mémoires LGBT > Fonds d'archives sur Cleews Vellay

Aidez-nous à préserver l'histoire et les mémoires LGBTQ

Fonds d'archives sur Cleews Vellay

1964 à 1993 . 1994 . 1995 à 1999 . 2000 à 2004

18 10 2004 à 13 heures : 10e anniversaire du décès de Cleews Vellay, ancien président d'Act Up-Paris > l'Académie Gay & Lesbienne met en ligne les premiers documents du fonds d'archives données par son compagnon Philippe Labbey

.
Le 18 octobre 2004 à 13 heures :
ouverture du fonds d'archives de Cleews Vellay
(ancien président d'Act Up Paris de 1992 à 1994)
mort du sida à 30 ans, le 18 octobre 1994 à 13 heures
.

Pour le 10e anniversaire du décès de Cleews Vellay, son compagnon Philippe Labbey a fait donation des archives (articles de presse, textes, notes, papiers personnels, photos, vidéos, peintures, dessins, souvenirs...) à l'Académie Gay & Lesbienne.

De plus, il a autorisé la publication de ces archives en considérant que Cleews Vellay faisait partie de l'histoire de la lutte contre le sida et du combat homosexuel contre les discriminations.
.

Après classement et scannage, les premiers documents seront mis en ligne symboliquement, à partir de 13 heures le 18 octobre 2004,
sur : http://www.archiveshomo.info
le site d'information du Conservatoire des Archives et des Mémoires Homosexuelles de l'Académie Gay & Lesbienne.

L'Académie Gay & Lesbienne remercie par avance toutes les personnes, associations, organisations... qui ont conservé d'autres documents, de lui communiquer une copie afin de l'aider à compléter le fonds d'archives de Cleews Vellay.
.

Ayant adhéré à Act Up-Paris dès sa création en 1989, devenu responsable du Groupe Action Publique, puis élu président d'Act Up-Paris de septembre 1992 à septembre 1994, Cleews Vellay avait aussi :
- osé s'assumer publiquement lors du 1er Sidaction, à une époque où tant de malades mouraient sans parler du sida,
- animé une émission mensuelle d'Act Up-Paris sur radio Libertaire,
- rendu visible la prévention par la pose d'une capote géante sur l'obélisque de la place de la Concorde un premier décembre,
- protesté contre l'interdiction du préservatif par le Pape pendant une messe de la Toussaint à Notre Dame de Paris,
- hurlé devant le Ministère de la Santé pour réclamer des mesures d'urgence contre le sida,
- fondé la commission Prison alors qu'il n'a jamais été incarcéré,
- participé à la commission Toxicomanie alors qu'il n'était pas dépendant,
- soutenu la demande de justice des hémophiles alors qu'il avait été contaminé par voie sexuelle,
- combattu l'expulsion des malades étrangers, le manque de prévention pour les femmes, etc., et etc.
.

Pendant ses cinq dernières années, Cleews Vellay s'est épuisé à combattre tout ce qui a rendu possible sa contamination et les conséquences du sida :
- le silence sur la maladie, l'inégalité des traitements médicaux et l'opacité de la recherche scientifique,
- l'homophobie, ses racines politico-religieuses et ses théoriciens,
- l'incurie et la lâcheté des gouvernements en matière de prévention, d'accès aux soins et d'aide à la recherche,
- les charlatans escrocs aux remèdes miracles, les médecins crapuleux et les laboratoires véreux,
- les promoteurs du dépistage obligatoire et de l'internement des séropositifs dans des sidatoriums, etc., et etc.
.

Le 26 octobre 1994, plus de 500 militants d'Act Up-Paris et autres amis accompagnaient à pied son cercueil du Centre Gai et Lesbien de Paris au crématorium du Père-Lachaise.

Plusieurs semaines après son décès, l'Allocation Adulte Handicapé que Cleews Vellay demandait depuis plus d'un an, lui fut enfin attribuée !

Philippe Labbey, à l'époque président co-fondateur du Centre Gai et Lesbien de Paris, disait croire que Cleews Vellay n'a pas vraiment disparu : "il nous reste sa force et sa colère pour continuer à se battre contre cette terrible maladie, et d'autres ennemis tout aussi terribles : la bêtise, l'indifférence et l'ineptie ..."
.

Plus tard, Act Up-Paris a jeté les cendres de Cleews Vellay sur :
- une assemblée de l’UAP, pour demander que les séropositifs ne soient plus exclus des assurances,
- une réunion de l'Agence du Médicament et des laboratoires Glaxo, pour empêcher la limitation de la distribution du nouveau traitement 3TC ...
.

Mais aujourd'hui, le moteur de recherche Google ne recense que 36 références (y compris une quinzaine de doublons) pour Cleews Vellay !

C'est pourquoi le Conservatoire des Archives et des Mémoires Homosexuelles de l'Académie Gay & Lesbienne s'engage à faire tout son possible pour combler ce manquement de références du travail de Cleews Vellay.

Que toutes celles et ceux qui peuvent apporter aussi d'autres témoignages, documents... nous aident à compléter le fonds d'archives de Cleews Vellay afin de sauvegarder une trace dans l'histoire de la lutte contre le sida et du combat homosexuel contre les discriminations !

.

18 10 2004 à 13 heures : 10e anniversaire du décès de Cleews Vellay, ancien président d'Act Up-Paris > l'Académie Gay & Lesbienne met en ligne les premiers documents du fonds d'archives données par son compagnon Philippe Labbey

.
L'intégralité du communiqué de l'Académie Gay & Lesbienne est publié sur :

- categorynet.com
http://www.categorynet.com/fr/cp/details.php?id=56783

- citegay.com > Téva
Ouverture du fond d'archives de Cleews Vellay, ancien président d'Act Up Paris de 1992 à 1994

http://citegay.fr/COMMUNIQUES/ASSOCIATIONS/CAMH/00/240988/communiques_visu.htm

- france.qrd.org > internet
Archives gaies
http://www.france.qrd.org/internet/article.php3?id_article=1297
Le 18 octobre 2004 à 13 heures : ouvrira le fonds d’archives de Cleews Vellay (ancien président d’Act Up Paris de 1992 à 1994) mort du sida à 30 ans, le 18 octobre 1994 à 13 heures
http://www.france.qrd.org/internet/index.php3

- gaysthouse.com > Hommage
L'Académie Gay et Lesbienne présente les archives de Cleews Velay, ancien président d'Act Up le 18 octobre prochain

http://www.gaysthouse.com/index_thema.php?partie=communique&numero=819&page=1

- itsogay.com
18.10 : Ouverture des archives de Cleews Vellay
http://www.itsogay.com/index.php?name=PNphpBB2&file=viewtopic&p=606

- pocket.citegay.com
Ouverture du fond d'archives de Cleews Vellay, ancien président d'Act Up Paris de 1992 à 1994
http://pocket.citegay.com/COMMUNIQUES/ASSOCIATIONS/240988/actualites_visu.htm

- tassedethe.com (portail lesbien Cibel)
http://www.tassedethe.com/cadres/souscadre/webzinfos/pgaysuite.htm

.

27 1 2005 : Act Up-Paris > communiqué de soutien
http://www.actupparis.org/article1864.html

.
appel à rassemblement
Huit membres d’Act Up-Parisen procès le 27 janvier

.

Le jeudi 27 janvier, huit membres d’Act Up-Paris passeront au Tribunal de Grande Instance de Paris au motif
- « d’avoir volontairement dégradé un bien classé ou inscrit, le palais de l’Elysée (monument historique), appartenant à la présidence de la République,
- dégradation dont il est résulté un dommage grave [...] ».

En 15 ans d’activisme, c’est la première fois qu’une action d’Act Up-Paris contre une institution publique conduit à un procès de ce type.
Il s’agit bel et bien d’une tentative d’intimidation pour nous faire comprendre que le Président de la République serait intouchable et n’aurait aucun compte à rendre sur la politique qu’il mène en matière de lutte contre le sida.

Nous appelons à un rassemblement, le jour même, à 10 heures, devant le Palais de justice, pour dénoncer la criminalisation de l’activisme et rappeler qu’au vu de la politique menée par Chirac, les pouvoirs publics ont mieux à faire en matière de lutte contre le sida que de faire des procès à ceux et celles qui luttent contre la pandémie.
.

Les faits

Le mardi 30 novembre 2004, à la veille de la journée mondiale de lutte contre le sida, à 10 heures du matin, ces militantEs ont manifesté devant l’Elysée.
- Du faux sang a été jeté sur les grilles et la façade.
- En fait de « dommage grave », ce liquide teint avec des colorants alimentaires était intégralement nettoyé en fin de matinée.
- La qualification du délit prouve donc bien qu’il s’agit d’une mesure d’intimidation.

Les activistes ont été arrêtéEs et placéEs en garde à vue pendant 24 heures, dans des conditions déplorables
- (propos transphobes, homophobes et sexistes,
- couchage à terre avec 2 couvertures pour 8 personnes,
- difficultés à se faire administrer des traitements antirétroviraux,
- refus d’un accès aux toilettes pour une personnes sous traitements souffrant de diarrhées, etc.).
.

Les raisons d’un zap

Les raisons de dénoncer publiquement le Président de la République sont nombreuses :
- Jacques Chirac et son gouvernement ont démantelé l’Aide Médicale d’Etat et privent les étrangerEs sans papierEs de soins gratuits. La remise en cause de ce dispositif s’apparente à une véritable application du principe de préférence nationale au système de santé. Elle compromet l’accès au dépistage et aux soins pour une population particulièrement vulnérable au vih et aux autres épidémies.
- Jacques Chirac et son gouvernement appliquent une réforme de la Sécurité sociale hostile aux malades et aux handicapéEs, et qui, notamment, instaure une véritable taxe sur la maladie en mettant en place un forfait non remboursable de un euro par consultation et par acte médical.
- Malgré ses promesses, le handicap n’est pas une priorité de Jacques Chirac ni de son gouvernement : le montant de l’Allocation Adulte Handicapé est toujours inférieure à la moitié de celui du SMIC.
- Jacques Chirac renie ses engagements internationaux en matière de la lutte contre le sida. En juin 2001, il avait promis que la France contribuerait aux 10 milliards de dollars indispensables pour enrayer la pandémie. Or, la contribution des pays riches n’atteint pas 4 milliards de dollars en 2004. Jacques Chirac en est le premier responsable : la France ne verse aujourd’hui que 150 millions d’euros, quand les Royaumes Unis contribuent à hauteur de 700 millions d’euros par an.

Les promesses non tenues de Chirac sont légion. En ce qui concerne le sida, ses mensonges tuent.
.

Combattez le sida, pas les malades, pas les activistes

Alors même que le sida a été déclaré grande cause nationale, il est scandaleux que la colère légitime et le combat des séropositifVEs, des militantEs soient ainsi criminaliséEs.
- Ni Jacques Chirac, ni son gouvernement, ni les pouvoirs publics, ne nous feront taire.
- Nous continuerons au contraire à leur demander des comptes sur les politiques de santé publique menées contre les malades ainsi que sur les promesses non tenues.
.

Nous appelons donc à un rassemblement

- pour manifester notre soutien et notre solidarité envers les 8 militantEs inculpéEs ;
- pour dénoncer la criminalisation des actions de désobéissance civile ;
- pour condamner la politique menée par Jacques Chirac et ses promesses non tenues.

Rassemblement le 27 janvier à 10 heures devant le Palais de justice : Métro Cité

Nous invitons les associations, partis politiques, syndicats à soutenir cet appel, en transmettant la signature de votre structure à l’adresse suivante : actup AT actupparis.org (remplacez AT par @)
.

Premiers signataires

Académie Gay & Lesbienne ; Actions Traitements ; Act Up-Lyon ; Act Up-Toulouse ; Aids Hilfe Munich (Allemagne) ; Les Alternatifs ; Association des gays et lesbiennes arméniennes (AGLA) ; Arcat ; Cabiria ; C’est l’bouquet ! ; Chicago Recovery Alliance (USA) ; le groupe Claaaaaash (Collectif Libertaire Anticapitaliste Antireligieux Antifasciste Antiautoritaire Antiraciste Antirévisionniste antiSexiste et antiHomophobe) ; Collectif La santé n’est pas une marchandise ; revue Contrapoder (Espagne) ; Droit au logement Paris (DAL) ; Emancipation-Tendance intersyndicale ; Emergence (Groupe LGBT d’Alsace) ; ESTI(g)MA (Portugal) ; Fédération anarchiste ; Femmes publiques ; Les Flamands roses ; FASTI ; Frontaids (Russie) ; Groupe Activiste Trans (GAT) ; Groupe SOS ; Grupo Português de Activistas sobre Tratamentos de VIH/SIDA (GAT, Portugal) ; Grupo de Trabajo sobre Tratamientos del VIH (gTt, Espagne) ; Interflex (Italie) ; Le Laboratoire ; Mix-cité ; MONAR-Krakow Drugs Project (Pologne) ; Mouvement Français du Planning Familial ; Multitudes ; Ni Putes, Ni Soumises (comité Gironde-Aquitaine, Drôme-Ardèche et Hauts-de-Seine) ; Observatoire du droit des usagers (ODU) ; Les panthères roses ; le PASST ; Social awareness service Organisation (SASO, Inde) ; Sol En Si ; Solidarité Résistance Antifasciste (SRA) ; SOS Hépatites ; SUD Culture-Musée d’Orsay ; SUD Étudiant ; Fédération Sud-Santé Sociaux ; Syndicat de la magistrature ; Syndicat de la médecine générale (SMG) ; Collectif Trans’Act ! ; Union Solidaire ; Universidad Nómada ; Vacarme ; Les Verts.

Et ainsi que :

Clémentine Autin (conseillère municipale Paris) ; Amal Bedjaoui (cinéaste) ; Martine Billard (députée) ; Robin Campillo (cinéaste) ; Josiane Ceret ; Olivier Ducastel et Jacques Martineau (cinéastes) ; Xavier Knowles (conseiller municipal Paris) ; Anne Leclerc ; Luna Plast ; Pascale Ourbih (actrice) ; Nathalie Piloni ; Albert Saloin ; Mathieu Thevenin ; Andrea Vamos ; Laurent Ziegelmeyer ;

.

novembre 2004 : magazine Tels Quels n° 229, page 5 > par la rédaction

.
Ouverture du fonds d'archives de Cleews Vellay
.

Emotion... C'est le 18 octobre dernier, à 13 heures, que se sont ouvertes les portes du fonds d'archives de Cleews Vellay, ancien président d'Act Up Paris de 1992 à 1994, mort du sida à 30 ans, le 18 octobre 1994 à 13 heures.

Pour le 10e anniversaire du décès de Cleews, son compagnon Philippe Labbey a fait donation des archives (articles de presse, textes, notes, papiers personnels, photos, vidéos, peintures, dessins, souvenirs...) à l'Académie Gay & Lesbienne.

Il a autorisé la publication de ces archives en considérant que Cleews Vellay faisait partie de l'histoire de la lutte contre le sida et du combat homosexuel contre les discriminations.

Après classement et scannage, les premiers documents furent mis en ligne symboliquement, à partir de 13 heures le 18 octobre 2004,
sur le site d'information du Conservatoire des Archives et des Mémoires Homosexuelles de l'Académie Gay & Lesbienne http://www.archiveshomo.info.

L'Académie Gay & Lesbienne remercie par avance toutes les personnes, associations et autres organisations... ayant conservé d'autres documents, de lui en transmettre une copie afin de l'aider à compléter le fonds d'archives de Cleews Vellay.
.

Pour rappel, ayant adhéré à Act Up-Paris dès sa création en 1989, devenu responsable du Groupe Action Publique, puis élu président d'Act Up-Paris de septembre 1992 à septembre 1994, Cleews Vellay s'était illustré, d'une part, en s'assumant publiquement lors du 1er Sidaction, à une époque pas si lointaine où quantité de malades mouraient sans parler du sida et, d'autre part, par son militantisme féroce mais juste. En effet, Cleews a animé une émission mensuelle d'Act Up-Paris sur radio Libertaire, rendu visible la prévention par la pose d'une capote géante sur l'obélisque de la place de la Concorde un 1er décembre, protesté contre l'interdiction du préservatif par le Pape pendant une messe de la Toussaint à Notre Dame de Paris, hurlé devant le Ministère de la Santé pour réclamer des mesures d'urgence contre le sida, fondé la commission "Prison" alors qu'il n'a jamais été incarcéré, participé à la commission Toxicomanie alors qu'il ne s'était jamais rendu dépendant, soutenu la demande de justice des hémophiles tandis que lui-même avait été contaminé par voie sexuelle, combattu l'expulsion des malades étrangers, le manque de prévention pour les femmes, etc.

Pendant ses cinq dernières années, Cleews Vellay s'est épuisé à combattre tout ce qui a rendu possible sa contamination et les conséquences du sida :
- le silence sur la maladie, l'inégalité des traitements médicaux et l'opacité de la recherche scientifique,
- l'homophobie, ses racines politico-religieuses et ses théoriciens,
- l'incurie et la lâcheté des gouvernements en matière de prévention, d'accès aux soins et d'aide à la recherche,
- les charlatans et les escrocs aux remèdes miracles, les médecins crapuleux et les laboratoires véreux,
- les promoteurs du dépistage obligatoire et de l'internement des séropositifs dans des sidatoriums, etc.
.

Le 26 octobre 1994, plus de 500 militants d'Act Up-Paris et d'autres amis l'accompagnèrent une toute dernière fois en suivant à pied son cercueil, du Centre Gai et Lesbien de Paris jusqu'au crématorium du Père-Lachaise. Ironie du sort, plusieurs semaines après son décès, l'allocation adulte handicapé que Cleews Vellay demandait depuis plus d'un an, lui fut enfin attribuée !

Philippe Labbey, à l'époque président co-fondateur du Centre Gai et Lesbien de Paris, disait croire que Cleews Vellay n'avait pas vraiment disparu : "il nous reste sa force et sa colère pour continuer à se battre contre cette terrible maladie mais également contre d'autres ennemis tout aussi terribles : la bêtise, l'indifférence et l'ineptie ..."

Plus tard, toujours dans la même veine d'actions symboliquement fortes, Act Up-Paris jeta les cendres de Cleews Vellay sur une assemblée de l’UAP, pour demander que les séropositifs ne soient plus exclus des assurances, et sur une réunion de l'Agence du Médicament et des laboratoires Glaxo, pour empêcher la limitation de la distribution du nouveau traitement 3TC.
.

Malheureusement, aujourd'hui, le moteur de recherche Google ne recense que 36 références (y compris une quinzaine de doublons) pour Cleews Vellay ! C'est pourquoi le Conservatoire des Archives et des Mémoires Homosexuelles de l'Académie Gay & Lesbienne s'engage à faire tout son possible pour combler ce manquement de références du travail énorme, accompli par Cleews Vellay.

Que toutes celles et ceux qui peuvent apporter aussi d'autres témoignages, documents... n'hésitent pas un seul instant à aider à compléter le fonds d'archives de Cleews Vellay afin d'en sauvegarder une trace dans l'histoire de la lutte contre le sida et du combat homosexuel contre les discriminations !

.

20 10 2004 : gaysthouse.com > par F. R.
http://www.gaysthouse.com/index_actualites.php?numero=2023&page=1
.
L'Europe contre le sida
7 pays de l'U.E. pour des essais cliniques
.

Le Conservatoire des Archives et des Mémoires Homosexuelles rend hommage à Cleews Vellay, Président d’Act Up pendant 2 ans, et mort du sida, à 30 ans, en 1994.

Un militant de la première heure, une mémoire pour beaucoup.
- Cliquez ici pour accéder au communiqué de presse sur Cleews Vellay
- et ici pour accéder directement à la page qui lui est consacrée sur le site des archives.

.

10 ans plus tard, 40 millions de personnes sont atteintes du virus du sida et des représentants de 7 pays européens (la France, l’Allemagne, l’Italie, la Grande-Bretagne, l’Espagne, la Suède et les Pays-Bas) ont décidé de s’unir pour accélérer le développement de vaccins au sein de l’Europe.

C’est à l’initiative du ministre de la santé français, Philippe Douste-Blazy, qu’un effort de partenariat est envisagé pour parler d’une seule voix face aux experts internationaux, présents à une conférence du G8, jeudi à Washington.

Selon l’AFP, les coûts des tests cliniques à grande échelle varient entre 50 et 150 millions de dollars, et Octavi Quintana Trias, le représentant de la Commission Européenne, a demandé aux Etats membres de faire un effort financier afin d’aboutir aux premiers essais de vaccins vers 2007-2009.

.

19 10 2004 : e-llico.com > par la rédaction
http://www.e-llico.com/content.php?section=actu&id=3507

19 10 2004 : lezzone.canalblog.com
http://lezzone.canalblog.com/archives/divers/

.
Archives : le fonds Cleews Vellay accessible
.

Pour le 10e anniversaire du décès de Cleews Vellay, (ancien président d'Act Up Paris de 1992 à 1994, mort du sida à 30 ans), son compagnon Philippe Labbey a fait donation des archives (articles de presse, textes, notes, papiers personnels, photos, vidéos, peintures, dessins, souvenirs...) à l'Académie Gay & Lesbienne.
.

L’ouverture du fonds d'archives de Cleews Vellay a lieu aujourd’hui, 18 octobre 1994 à 13 heures.

Ces archives pourront faire l’objet de publication, son compagnon considérant que Cleews Vellay faisait partie de l'histoire de la lutte contre le sida et du combat homosexuel contre les discriminations.

Après classement et scannage, les premiers documents seront mis en ligne symboliquement, à partir de 13 heures sur : http://www.archiveshomo.info le site d'information du Conservatoire des Archives et des Mémoires Homosexuelles de l'Académie Gay & Lesbienne.
.

Le Conservatoire des Archives et des Mémoires Homosexuelles de l'Académie Gay & Lesbienne entend faire tout son possible pour faire connaître le travail de Cleews Vellay contre le sida et contre les discriminations.

.

18 10 2004 à 13 heures : 10e anniversaire du décès de Cleews Vellay, ancien président d'Act Up-Paris > l'Académie Gay & Lesbienne met en ligne les premiers documents du fonds d'archives données par son compagnon Philippe Labbey

.
Le 18 octobre 2004 à 13 heures :
ouverture du fonds d'archives de Cleews Vellay
(ancien président d'Act Up Paris de 1992 à 1994)
mort du sida à 30 ans, le 18 octobre 1994 à 13 heures
.

Pour le 10e anniversaire du décès de Cleews Vellay, son compagnon Philippe Labbey a fait donation des archives (articles de presse, textes, notes, papiers personnels, photos, vidéos, peintures, dessins, souvenirs...) à l'Académie Gay & Lesbienne.

De plus, il a autorisé la publication de ces archives en considérant que Cleews Vellay faisait partie de l'histoire de la lutte contre le sida et du combat homosexuel contre les discriminations.
.

Après classement et scannage, les premiers documents seront mis en ligne symboliquement, à partir de 13 heures le 18 octobre 2004,
sur : http://www.archiveshomo.info
le site d'information du Conservatoire des Archives et des Mémoires Homosexuelles de l'Académie Gay & Lesbienne.

L'Académie Gay & Lesbienne remercie par avance toutes les personnes, associations, organisations... qui ont conservé d'autres documents, de lui communiquer une copie afin de l'aider à compléter le fonds d'archives de Cleews Vellay.
.

Ayant adhéré à Act Up-Paris dès sa création en 1989, devenu responsable du Groupe Action Publique, puis élu président d'Act Up-Paris de septembre 1992 à septembre 1994, Cleews Vellay avait aussi :
- osé s'assumer publiquement lors du 1er Sidaction, à une époque où tant de malades mouraient sans parler du sida,
- animé une émission mensuelle d'Act Up-Paris sur radio Libertaire,
- rendu visible la prévention par la pose d'une capote géante sur l'obélisque de la place de la Concorde un premier décembre,
- protesté contre l'interdiction du préservatif par le Pape pendant une messe de la Toussaint à Notre Dame de Paris,
- hurlé devant le Ministère de la Santé pour réclamer des mesures d'urgence contre le sida,
- fondé la commission Prison alors qu'il n'a jamais été incarcéré,
- participé à la commission Toxicomanie alors qu'il n'était pas dépendant,
- soutenu la demande de justice des hémophiles alors qu'il avait été contaminé par voie sexuelle,
- combattu l'expulsion des malades étrangers, le manque de prévention pour les femmes, etc., et etc.
.

Pendant ses cinq dernières années, Cleews Vellay s'est épuisé à combattre tout ce qui a rendu possible sa contamination et les conséquences du sida :
- le silence sur la maladie, l'inégalité des traitements médicaux et l'opacité de la recherche scientifique,
- l'homophobie, ses racines politico-religieuses et ses théoriciens,
- l'incurie et la lâcheté des gouvernements en matière de prévention, d'accès aux soins et d'aide à la recherche,
- les charlatans escrocs aux remèdes miracles, les médecins crapuleux et les laboratoires véreux,
- les promoteurs du dépistage obligatoire et de l'internement des séropositifs dans des sidatoriums, etc., et etc.
.

Le 26 octobre 1994, plus de 500 militants d'Act Up-Paris et autres amis accompagnaient à pied son cercueil du Centre Gai et Lesbien de Paris au crématorium du Père-Lachaise.

Plusieurs semaines après son décès, l'Allocation Adulte Handicapé que Cleews Vellay demandait depuis plus d'un an, lui fut enfin attribuée !

Philippe Labbey, à l'époque président co-fondateur du Centre Gai et Lesbien de Paris, disait croire que Cleews Vellay n'a pas vraiment disparu : "il nous reste sa force et sa colère pour continuer à se battre contre cette terrible maladie, et d'autres ennemis tout aussi terribles : la bêtise, l'indifférence et l'ineptie ..."
.

Plus tard, Act Up-Paris a jeté les cendres de Cleews Vellay sur :
- une assemblée de l’UAP, pour demander que les séropositifs ne soient plus exclus des assurances,
- une réunion de l'Agence du Médicament et des laboratoires Glaxo, pour empêcher la limitation de la distribution du nouveau traitement 3TC ...
.

Mais aujourd'hui, le moteur de recherche Google ne recense que 36 références (y compris une quinzaine de doublons) pour Cleews Vellay !

C'est pourquoi le Conservatoire des Archives et des Mémoires Homosexuelles de l'Académie Gay & Lesbienne s'engage à faire tout son possible pour combler ce manquement de références du travail de Cleews Vellay.

Que toutes celles et ceux qui peuvent apporter aussi d'autres témoignages, documents... nous aident à compléter le fonds d'archives de Cleews Vellay afin de sauvegarder une trace dans l'histoire de la lutte contre le sida et du combat homosexuel contre les discriminations !

.

16 10 2004 : monchoix.net > par la rédaction
http://www.monchoix.net/actuagay/ouverture-d-un-fonds-cleews-vellay-breve411.html

.
Actua Gay : culture

Ouverture d’un fonds Cleews Vellay
.

Un fonds d’archive Cleews Vellay va être ouvert à Paris par l’Académie Gay et Lesbienne. Ce fonds sera versé au Conservatoire des Archives des Mémoires Homosexuelles.

Cleews Vellay était l’ancien président d’Act Up et est mort du SIDA le 18 octobre 94. Ces archives seront mises en ligne le 18 octobre prochain.
.

Plus d'information en ligne :
Ouverture d’un fonds d’archives de Cleews Vellay

.

15 10 2004 : l'Académie Gay & Lesbienne rectifie son communiqué sur Cleews Vellay > suite à la demande de Philippe Labbey

.
Juste deux rectifs sur le communiqué :
.

Les cendres de Cleews Vellay n'ont été utilisés qu'en petite quantité et qu'une seule fois : Philippe Labbey les avait confiés à Alain Volny Anne pour Act Up-Paris,
- la seconde fois c'était des "cendres fictives" [...]

En fait, pour l'essentiel, Philippe Labbey les avait dispersés au Laos, à Luang Prabang, au sommet du petit mont Phousy [...]
.

Philippe Labbey n'avait pas seulement parler de "terrible maladie", et il avait aussi bien nommé le sida :
- le journaliste aurait écourté la vraie phrase qu'il avait prononcée :
" il nous reste sa force et sa colère pour continuer à se battre contre cette terrible maladie, le sida, et d'autres ennemis tout aussi terribles : la bêtise, l'indifférence et l'ineptie [...] "

Par ailleurs, devant le cercueil de Cleews Vellay au Centre Gai et Lesbien de Paris, Line Renaud avait dit :
" Ouhlala, c'est terrible comme maladie ! " [...]

.

15 10 2004 : tetu.com > par Xavier Héraud
http://www.tetu.com/index.php?set_language=en&cccpage=info_detail&set_z_les_infos=258

17 10 2004 : villagegay.com
http://villagegay.com/news/index.php?action=detail&id=4286&page=1

archives octobre 2004 : Génération Gay
http://perso.wanadoo.fr/scorpio-assoc/nouvo%20GG/archives2.html

.
FRANCE (Mémoire)

Ouverture d’un fonds d’archives de Cleews Vellay
.

L’Académie gay et lesbienne ouvre un fonds d’archives de Cleews Vellay, du nom de l’ancien président d’Act Up-Paris, mort du sida le 18 octobre 1994.
.

Pour son Conservatoire des archives et des mémoires homosexuelles, l’association, basée dans la région parisienne, collecte tous les documents en rapport avec Cleews Vellay et appelle toutes celles et tous ceux qui en possèdent à lui faire parvenir une copie.

Le compagnon de l’ancien président d’Act Up-Paris, Philippe Labbey, cofondateur du Centre gai et lesbien de Paris, a d’ores et déjà confié ses propres archives.
.

L’Académie gay et lesbienne mettra en ligne les premiers documents relatifs à Cleews Vellay le 18 octobre prochain, 10 ans exactement après sa mort, sur http://www.archiveshomo.info

Conservatoire des Archives et des Mémoires Homosexuelles
de l'Académie Gay & Lesbienne,
BP N° 28, 94402 Vitry sur Seine Cedex
Tél. : 06 98 32 81 20
E-mail : archiveshomo@yahoo.fr

.

octobre 2004 : magazine Têtu N° 93, page 58 > article de Luc Biecq
http://www.tetu.com/index.php?set_language=en&cccpage=anciens_numeros_2004

.
Infos France

Centre d'archives homos : l'erreur de casting
.

ÉVOQUÉ DÈS 2001, LE PROJET DE
CENTRE D'ARCHIVES ET DE DOCUMENTATION DES HOMOSEXUALITÉS
,
QUI AURAIT DÛ VOIR LE JOUR IL Y A PLUS DE DEUX ANS,
CONNAÎT DE NOUVEAUX AVATARS,
APRÈS LE LICENCIEMENT DE JEAN LE BITOUX, SON DIRECTEUR.

.

Le centre d'archives et de documentation des homosexualités parisien (CADHP), dont la création a été annoncée par la mairie de Paris en 2002, continue de faire parler de lui.

Son unique salarié, Jean Le Bitoux, figure de la communauté homosexuelle, vient en effet d'être licencié. Et on ignore encore l'état réel d'avancement du projet.
.

Pourtant, l'association du CADHP, présidée depuis un an par Stéphane Martinet, avait été adoubée par la mairie de Paris, qui lui a accordé en septembre 2002 une subvention de 100 000 €.

Mais, aujourd'hui, Stéphane Martinet ne se risque pas à annoncer une date d'ouverture : "Nous sommes en phase de préfiguration. Nous publierons nos conclusions fin 2004. Je ne ferai aucune folle promesse."
.

Face à lui, Phan Hoàng, ex-libraire et président de l'Académie gaie et lesbienne [Académie Gay & Lesbienne] depuis 2001, dispose de 30 000 documents, qu'il stocke chez lui.
- "Qu'on me donne un local, suggère-t-il. Je peux ouvrir les portes d'un centre en moins d'un mois.
- Quinze bénévoles travaillent avec moi, j'ai les étagères et le fonds ; j'ai juste besoin du lieu
" assure-t-il.

Le président Martinet ne l'entend pas de cette oreille. Il se réjouit, au contraire, de partir de rien. "Même si je ne dis pas que rien n'a été fait", ajoute-t-il.
.

Son licenciement, Jean Le Bitoux, salarié pendant deux ans, l'a demandé "contraint et forcé, parce qu'il était urgent de modifier la façon de travailler". De son propre aveu, l'ex-journaliste de Gai Pied n'était pas qualifié pour le poste qu'il occupait.

Pourquoi l'avoir compris si tard et, surtout, qu'a-t-il fait pendant deux ans ? Mystère... Interrogé par Têtu, il dit "avoir beaucoup donné". Mais, comme il attaque son ex-employeur au tribunal des prud'hommes suite à ce licenciement, il ne donne pas de détails sur son bilan.

Un jeune archiviste professionnel a été engagé récemment, mais Stéphane Martinet ne souhaite pas dévoiler son identité. "Il n'a pas de fonctions de direction, mais je vous assure qu'il a toutes les compétences requises", précise-t-il tout de même.
.

L'association dispose d'un local dans le Marais et de trois lignes téléphoniques. Stéphane Martinet rêve d'archives de haute tenue, comme celles de San Francisco ou de Los Angeles.

Mais "aucun lieu en Europe ne [lui] paraît extraordinaire". Visiblement renseigné, il évoque la mauvaise conception des thésaurus dont se servent les chercheurs LGBT.

Il insiste aussi sur les conditions de conservation des documents. Aucun appel à dons n'a encore été lancé, les conditions optimales de réception et de conservation des documents n'étant pas réunies : "Il faut penser à cela dès la recherche d'un local adapté, et nous n'avons entamé aucune démarche en ce sens."
.

Pour Phan Hoàng, c'est le monde à l'envers : "Comment faire un centre d'archives sans archives ?"
.

ArchiQ, qui regroupe les associations Archilesb, Vigitrans et Loppataq, a dénoncé la situation dans un rapport intitulé "La fièvre des archives". Par la voix de Marie-Hélène Bourcier, ces militants rappelent la force de la mémoire vivante, qui a fait la légitimité des centres d'archives américains. "La conception administrative de l'archivage qui ne stocke que des documents écrits ne suffit pas. Il faut penser à une archive vive qui illustre les modes de vie. Pourquoi ne pas stocker des godes ?"
.

Mais Stéphane Martinet n'entend pas révéler avant plusieurs mois le fruit de ses réflexions. Après avoir préfiguré, il va donc... préfigurer, tout en demandant d'autres subventions, "pour la recherche de locaux, l'appel aux dons et aux legs. Les premiers 100 000 € ne sont pas consommés, mais mon rôle est de prévoir".
.

Odette Christienne, adjointe au Maire de Paris chargée de la mémoire, du monde combattant et des archives, sollicitée à plusieurs reprises, n'a pas souhaité répondre aux questions de Têtu.
.

Alors, quand Stéphane Martinet affirme que ses connexions dans le milieu culturel et politique servent le projet, on ne demande qu'à le croire...

A la tête d'un prestigieux conseil d'administration, où l'on retrouve entre autres personnalités l'historienne Florence Tamagne et l'auteur Geneviève Pastre, le pro du réseau va aussi devoir prendre en compte la militance quotidienne.
.

Car Phan Hoàng, sans titre ni prestige, entend bien transformer son incomparable collection en œuvre utile.

.

24 8 2004 : communiqué de presse commun N° 10 > collectif ArchiQ, groupe Archilesb!, association Académie Gay & Lesbienne, Groupe Activiste Trans (GAT)

.
ArchiQ http://www.archiq.fr.vu
Archilesb !
Académie Gay & Lesbienne
http://www.archiveshomo.info
GAT
(Groupe Activiste Trans)
http://transencolere.free.fr

Paris, le 24 août 2004

Projet de Centre d’Archives et de Documentation Homosexuelles de Paris (CADHP) :
où en est-on ?
.

A la veille de la rentrée, et qui sait, de la saison des subventions, on apprend le départ de Mr Jean Le Bitoux, unique salarié et intiateur depuis 2001 du projet de Centre d’Archives et de Documentation Homosexuelles de Paris (CADHP).

Un homme s’en va, les mêmes interrogations demeurent…

Les problèmes soulevés en 2002 par différentes associations et les pétitions internationales d’Archilesb ! et Vigitrans ont-ils été résolus ?
- Quelle est la politique archivistique du centre ?
- Est-elle toujours aussi homocentrée ?
- La diversité des cultures sexuelles et de genre est-elle enfin respectée ?
- Les thématiques exclues du projet en 2002 (sida, pornographie…) sont-elles enfin prises en compte ?
- La parité culturelle des équipes est-elle réalisée ?

Quel usage a été fait de la subvention de 100.000 euros, votée par le Conseil de Paris en septembre 2002 ?
- Qu’a fait l'Association de Préfiguration du projet de Centre d’Archives et de Documentation Homosexuelles de Paris (AP CADHP) depuis, qui puisse justifier d’une nouvelle demande de subvention en 2004 auprès de la Mairie de Paris, du Conseil régional d’Île-de-France et du Ministère de la Culture ?
- 3 ans d’existence sans résultats concrets ?

Comment savoir ? Le manque de transparence et de communication de l'AP CADHP persiste.
- Le site internet est fermé depuis février 2004.
- Les portes du local au 37 de la rue Notre Dame de Nazareth, attribué par la Ville de Paris en 2003, restent désespérement closes.

Toujours pas de concertation avec les acteurs concernés.
- Aucun débat public malgré les demandes répétées d’Archilesb ! et de VigiTrans.
- Aucune mise à disposition d’informations qui permettent de juger de l’état d’avancement du projet qui est entré dans une énième phase de
préfiguration.
.

Pendant ce temps, l’Académie Gay & Lesbienne, sans subvention ni local fourni par les pouvoirs publics, a collecté 8.560 documents qui sont venus rejoindre son fonds de 15.000 références.

ArchiQ (le groupe de réflexion d’Archilesb ! et de VigiTrans) s’est réuni régulièrement et a réuni ses propositions dans deux rapports sur les archives LGBTQ (la Fièvre des Archives et Maux d’archives) .
.

Nous renouvelons auprès de l'Association de Préfiguration du projet CADHP notre demande d’ouverture d’un débat public au plus vite et réaffirmons notre souhait de contribuer, par nos compétences, expériences, et expertise, à un projet de Centre d’Archives ouvert, populaire, véritable carrefour des mémoires et des cultures au pluriel.

Contact Marie-Hélène Bourcier : 06 19 75 60 25
Pour toute information complémentaire
Académie Gay & Lesbienne : http://www.archiveshomo.info
ArchiQ : http://www.archiq.fr.vu
GAT (Groupe Activiste Trans)
http://transencolere.free.fr

.

26 6 2003 : L'Express pages 46 et 47 > par Marion Festraëts
http://www.lexpress.fr/info/societe/dossier/homos/dossier.asp?ida=397366

.
Minorités

Les homos en panne de cause
.

Autrefois fédérés par la lutte contre le sida et par le combat pour le Pacs, les gays et lesbiennes font aujourd'hui face à une société plus compréhensive. Ce qui ne les empêchera pas de marcher contre l'homophobie samedi 28 juin

Combattre l'homophobie et les discriminations : depuis quelques années, les slogans de la Marche des fiertés lesbienne, gaie, bi et trans - ex Gay Pride - qui aura lieu le 28 juin à Paris, semblent bégayer.
- Au point que, au-delà de l'indéniable aspect festif de cette manifestation, on en vient à se demander si ce défilé a encore un sens politique.
- En panne de proposition nouvelle, de projet social fédérateur depuis le vote du Pacs, en 1999, la cause homo semble aujourd'hui chercher le souffle qui l'avait portée durant les «années sida».

Le consensus mou autour de la lutte contre l'homophobie masque mal un déficit patent de revendication forte.

Au sein d'une société désormais plutôt compréhensive et tolérante,
- les élucubrations d'une Brigitte Bardot
- ou les dérapages d'une Françoise de Panafieu - «Lorsqu'on est Maire de Paris, on n'a pas vraiment sa place en tête de la Gay Pride», selon la Maire du XVIIe arrondissement -

jettent le discrédit sur leurs auteurs plus que sur leurs cibles : le député UMP Claude Goasguen s'est empressé de préciser que les propos de Françoise de Panafieu n'engageaient qu'elle.

Les homos doivent-ils faire le constat qu'ils ont peut-être, en fait, obtenu l'essentiel ?
.

L'affaire a mis en émoi tout le petit monde associatif gay : le 11 avril, une poignée de militants d'Act Up [Paris] ont saccagé le siège des éditions Blanche parce que cet éditeur de littérature érotique avait publié
- Serial Fucker. Journal d'un barebacker, d'Erik Rémès.
- L'ouvrage, contestable (et contesté), décrit les tribulations d'un homo séropositif contaminant délibérément ses partenaires.

«Le règne de l'hétérosexualité»

Ce énième coup d'éclat - dit «zap» en langage «actupien» - de l'association emblématique des années 1990 a laissé plus que perplexes les militants homos.

«En faisant une telle publicité à ce livre, Act up est tombé dans le panneau,
- estime Jean Le Bitoux,
auteur de Citoyen de seconde zone Trente ans de lutte pour la reconnaissance de l'homosexualité en France (avec Hervé Chevaux et Bruno Proth, Hachette Littératures).
Rémès
écrit des choses condamnables, mais ce genre de procédé traduit l'essoufflement idéologique de cette association. On n'est plus dans l'explication sociale, on est dans la vengeance gratuite.»

Les outrances d'Act up traduisent la fin d'une époque, ces années 1980 et 1990 durant lesquelles l'union sacrée des militants homosexuels s'était accomplie au nom de la lutte contre le sida.
- «L'époque était au «nous», elle est désormais au «je», témoigne William Pettex-Sorgue, créateur et président de www.citegay.com, le plus important site homo européen - 967 000 visiteurs par mois.
.

- «Le Pacs nous a donné une respectabilité, nous a sortis du cliché des gays festifs en officialisant la légitimité des couples homos», estiment Ronan Rosec et Laure Lagardère, à la tête de SOS-Homophobie, association qui publie chaque année un rapport sur les discriminations ou les insultes dont sont victimes les homosexuels.
Moins politisée qu'à ses débuts, SOS-Homophobie réclame que les actes et propos discriminants soient punis par la loi, à l'instar du racisme, et qu'une information sur l'homosexualité soit dispensée à partir du collège :
- «Il s'agit simplement de rompre l'isolement des jeunes qui se posent des questions sur leur orientation sexuelle et qui ne trouvent aucune référence positive à l'homosexualité dans leur environnement.»

Pourtant, les mentalités ont progressé, au point qu'aujourd'hui un personnage politique peut révéler son homosexualité sans choquer personne, alors qu'une telle démarche semblait inconcevable il y a dix ans.
- Selon Louis-Georges Tin, qui a dirigé le tout récent Dictionnaire de l'homophobie (PUF), la discrimination des homos va bien au-delà de la simple insulte lancée dans la rue :
- pour ce spécialiste des études gaies et lesbiennes, qui parle également de «gaiphobie», de «lesbophobie», de «biphobie» et de «transphobie», «l'origine profonde de l'homophobie est sans doute à rechercher dans l'hétérosexisme, qui est ce règne de l'hétérosexualité obligatoire [...]. En effet, ce régime tend à constituer l'hétérosexualité comme la seule expérience sexuelle légitime, possible et même pensable...»
.

«Depuis le Pacs, on assiste à un immense bavardage sur tout et rien»

Débattue en long et en large par les idéologues de la communauté, la question des genres et des identités sexuelles est aujourd'hui au cœur de tous leurs différends.

«Depuis le Pacs, on assiste à un immense bavardage sur tout et rien. On devrait peut-être commencer par se pencher sur notre histoire», commente Jean Le Bitoux, chargé de piloter le futur Centre d'Archives et de Documentation Homosexuelles de Paris.

Un projet qui cristallise à nouveau les vieux antagonismes entre lesbiennes radicales et gays un brin misogynes, entre tenants du différencialisme et partisans du droit à l'indifférence.

- L'historienne féministe Marie-Jo Bonnet
- et Marie-Hélène Bourcier, théoricienne du mouvement queer
- qui étudie et remet en question les genres et les identités sexuelles -
ont d'ailleurs lancé une pétition dénonçant l'exclusion des lesbiennes du projet et la «superficialité» de la réflexion en cours.

Et les homos de s'accuser mutuellement de discrimination ...
.

Ces querelles de chapelle semblent très éloignées des préoccupations quotidiennes des homos «de base».
- La sociologue Françoise Gaspard souligne d'ailleurs «la dissémination du militantisme au contact du terrain» : «Les moins de 40 ans préfèrent se retrouver dans des associations de convivialité, pour randonner, skier ou parler portugais. On voit émerger de nouvelles formes de revendication et de militantisme à travers une nuée d'associations au sein des entreprises, des institutions ou des administrations»: à La Poste, à la SNCF, dans l'armée, dans la police, au sein d'HEC ou de Sciences po, etc.
- «Nos jeunes internautes n'ont pas l'air de mal vivre leur homosexualité, remarque William Pettex-Sorgue. Eux qui n'ont pas vu mourir des dizaines d'amis, comme notre génération, s'impliquent dans des activités de loisir plutôt que dans les grands mouvements historiques.»
.

Plus que le droit à la différence, la majorité des homos réclament aujourd'hui le droit à l'indifférence.

Et à l'égalité avec les couples hétéros : l'homoparentalité les motive plus que les débats autour du queer.
Ils veulent pouvoir adopter en couple et avoir accès à la procréation médicalement assistée. Et lorgnent vers l'étranger :
- en 2002, la Suède autorisait les couples du même sexe à adopter des enfants, comme aux Pays-Bas et dans certains Etats d'Amérique du Nord.
- En Grande-Bretagne, en Belgique et en Espagne, les lesbiennes ont accès à l'insémination artificielle
tandis qu'après la Belgique et les Pays-Bas, le Canada s'apprête à légaliser le mariage entre homosexuels (voir l'encadré).

«Ces revendications obéissent à une sorte d'agenda international, souligne Marie-Hélène Bourcier. Ce qui est réclamé et obtenu aux Etats-Unis ou en Australie sera réclamé et - vraisemblablement - obtenu en France

Si les homos y tiennent assez pour se mobiliser.

.
 
 

.
2000 à 2005
.

courrier : messages, propositions de dons, demandes de documentation ...

1er 12 2005 > L'actualité : Ouverture d’un Fond d’archives Anne Singer [ Gais et Lesbiennes Branchés ]
Anne Singer est ancienne directrice de casting. Elle a aussi été documentaliste à l’Elisad ( association Européenne des Centres d’Information et de Documentation sur l’Alcool et les Drogues ) et collaboratrice à la construction du portail Internet sur les addictions ( elisad.uni -bremen.de )
Elle a coordonné le 1er Festival International du Film VIH & sida de Paris en avril 94 à la Vidéothèque de Paris, dans le cadre de l’association ArtCom’International ...
Elle a confié à l’Académie Gay et Lesbienne ...

1er 12 2005 > Ouverture d'un Fonds d'archives Anne Singer par le Conservatoire des Archives et des Mémoires LGBT [ de l'Académie Gay & Lesbienne ]
Avant de partir à la retraite loin de Paris, Anne Singer, a fait don à l'Académie Gay & Lesbienne, de ses documents personnels sur des événements qu'elle a coordonnés :
=> dans le cadre de l'association ArtCom'International :
- le 1er Festival International du Film VIH & sida de Paris
en avril 94 à la Vidéothèque de Paris
=> dans le cadre de l'association Résister-Vivre la Mémoire :
- la Nuit de la Mémoire Gaie et Lesbienne
1/4 de siècle ... 3/4 de sexe ! (41 films des années 70 à 90)
en juin 94 au cinéma l'Entrepôt-Frédéric Mitterrand
- le Catalogue Acte I : manifeste contre le sida et l'homophobie (recueil de textes et témoignages)
- SIDArta (Acte II)
:: Le fonds comporte également des documents sur d'autres événements organisés par l'association Résister-Vivre la Mémoire :
=> pour l'Acte I de R-VLM, en juin 1994 :
une exposition au Centre Gai et Lesbien de Paris en trois parties :
- Documents épars sur une histoire d'un mouvement homosexuel à Paris de 1968 à 1978 (réalisée par Frank Arnal et restaurée par R-VLM),
-
Visibilité individuelle et collective de 1977 à 1994 (les Gay Pride),
- Boys in Boxes (de Mike & Saverio Con-Fusione) ;
=> pour l'Acte II / SIDArta, en décembre 1994 :
- stand 1er décembre
au Village des Associations du CRIPS sur l'esplanade des Droits de l'Homme à Paris,
- vidéomaton : enregistrements et projection de témoignages au temps du sida,
- exposition Des actions contre le sida (photos des manifestations d'Act Up Paris ...)
pendant le 1er Festival de Films Gays et Lesbiens de Paris à l'American Center.
L'Académie Gay & Lesbienne remercie par avance toutes celles et ceux qui peuvent lui apporter aussi d'autres témoignages, documents (y compris des photocopies) pour compléter son fonds d'archives.
Avec les deniers personnels de nos membres bénévoles, nous venons d'acheter cinq cents boîtes d'archives et nous vous demandons de nous donner quelques dizaines d'armoires métalliques (mêmes usagées)  pour pouvoir ranger décemment et en toute sécurité, les archives (notamment celles de Cleews Vellay - Philippe Labbey) qui débordent de plus en plus de nos étagères.
Merci de nous aider, en cette année 2005 de Grande cause nationale de lutte contre le sida, pour contribuer à la sauvegarde de l'histoire de la lutte contre le sida et du combat LGBT contre les discriminations.

2 6 2005 > Gex Torr [ PALEBLUEYES ]
Assaut de pensées ...
- Hurle à la face du monde sans aucune retenue, ça te fera quelques milliards de chance d'être entendu, c'est déjà ça. Parce que chez toi si tu hurles on risque simplement de te dire de la mettre en sourdine : Clews Vellay.
Je suis entourée de sourds et de mal-entendants. En revanche, côté monde, il y a de l'écho ...

Juin-juillet-août 2005 > Transversal ( journal de Ensemble Contre le Sida ) n° 25 (pages 29 et 30) : par Sandra Mignot
> Repères : Conserver pour témoigner
Depuis plusieurs années, des chercheurs, militants associatifs et archivistes s’intéressent à la mémoire de la lutte contre le sida : collecte d’objets, de documents, de témoignages autobiographiques pour ne pas oublier, tout en rêvant qu’un jour la maladie finisse réellement au musée.
- « En travaillant autour des rituels de deuil et mémoriels bousculés par le VIH, nous nous sommes aperçus que tout un pan de l’histoire du sida était en train de disparaître », explique Françoise Loux, directrice de recherches au Centre d’ethnologie française.
Depuis 2001, dans le cadre d’une campagne d’acquisition organisée par le musée national des Arts et Traditions populaires intitulée « Sida, histoire et mémoire dans différents pays d’Europe », elle collecte, avec Stéphane Abriol, chargé de mission « sida » au Centre, des objets liés à l’histoire de la lutte contre le sida.
Quel fonds ? À ce jour, l’équipe du musée a collecté plus de 7.000 articles. Principalement constitué d’affiches, le fonds rassemble aussi « des boîtes de médicaments avec leur notice, des piluliers, témoins de la lourdeur des premiers traitements, des emballages de préservatifs, mais aussi toutes sortes d’objets utilisés lors de manifestations comme des tee-shirts décorés de slogans, une robe des Sœur de la perpétuelle indulgence ou une pancarte brandie lors de l’enterrement “politique” de Cleews Vellay ( président d’Act Up-Paris de 1992 à 1994 ) », énumère Françoise Loux.
L’équipe axe ses recherches sur les objets produits à l’occasion d’événements particuliers tels que la Journée du 1er décembre ou les Memorial Days.
- « Mais nous voulons rester ouverts, explique Stéphane Abriol. Alors nous demandons aux militants actuels et passés que nous rencontrons ce qui les a le plus marqués. Ils conservent souvent ce qui compte vraiment, ce qui a été représentatif d’un engagement et d’une époque. » [...]
> Appel à collecte
À signaler sur Internet : les archives Cleews Vellay, mises en ligne depuis le 18 octobre dernier [ 18 10 2004 ] sur le site du Conservatoire des Archives et des Mémoires Homosexuelles de l’Académie Gay & Lesbienne.
Des textes écrits par, pour ou à propos de l’ancien président d’Act Up-Paris. L’association bénéficie déjà des archives de son compagnon versées au fonds pour le 10e anniversaire de son décès [ 18 10 1994 ] et collecte tous les documents en rapport avec Cleews Vellay.

Conservatoire des Archives et des Mémoires Homosexuelles de l’Académie Gay & Lesbienne
Boîte Postale N° 28 – 94402 Vitry-sur-Seine Cedex
tél. : +33 (0)6 98 32 81 20 > mail : archiveshomo@yahoo.fr > site : www.archiveshomo.info

26 5 2005 > Cleews Vellay [ wikipedia.org ]
Cleews Vellay était un militant contre le VIH et le SIDA. Son compagnon était Philippe Labbey. Il s'est joint à Act Up Paris en 1989 et est devenu son président. Il est reconnu comme martyr dans le milieu homosexuel pour sa lutte personnelle contre cette maladie qui lui a enlevé la vie à l'âge de 30 ans le 18 octobre 2004.
Pendant sa vie, il avait protesté contre l'attitude du pape à l'égard des condoms et il a posé une capote géante sur l’obélisque de la place de la Concorde . Il pensait que l'homophobie avait des racines politiques et religieuses.
L'Académie Gay et Lesbienne fait tout son possible pour honorer sa mémoire.
Lien externe :

13 12 2004 à 21h. 35 : pinktv.fr > Débat : S'engager pour quoi faire ? ... A l’exemple de Cleews Vellay, président d’Act Up [Paris] de 1992 à 1994 et personnage principal du documentaire diffusé ce soir, les invités de Laurent Drezner et Thomas Joubert [ Serge Simon : Homophobie en France 2004, Camille Cabral : Pastt, Samira Cadasse : Ni putes ni soumises, Jean Le Bitoux : fondateur de Gai Pied et militant du Fhar, Véronique Colucci : Restos du Cœur ] ont choisi de s’investir dans un combat associatif, social ou politique pour défendre des idées et faire avancer la société ...

13 12 2004 à 20h. 55 : pink tv
> diffusion du film Portrait d'une présidente de Brigitte Tijou : Hommage à Cleews Vellay, ancien Président d'Act-Up Paris
> rediffusions :
14 12 04 à 17h.15
15 12 04 à 14h.55
16 12 04 à 10h.
18 12 04 à 16h.

21 11 2004 : Festival de Films Gays & Lesbiens de Paris > Les 15 ans d'ACT-UP Paris projection du film Portrait d'une présidente (de Cleews Vellay) par Brigitte Tijou ...

20 11 2004 : Libération > 10e édition du festival parisien. Le genre homo : ... Les 15 ans d'Act Up sont célébrés aussi, via le beau Portrait d'une présidente, de la réalisatrice Brigitte Tijou, sur Cleews Vellay, président de l'association de 1992 à 1994, année de sa mort prématurée ...

novembre 2004 : magazine Tels Quels > Ouverture du fonds d'archives de Cleews Vellay [Emotion... C'est le 18 octobre dernier, à 13 heures, que se sont ouvertes les portes du fonds d'archives de l'ancien président d'Act Up Paris de 1992 à 1994, mort du sida à 30 ans, le 18 octobre 1994 à 13 heures ... ]

20 10 2004 : gaysthouse.com > 20 10 2004 > L'Europe contre le sida : 7 pays de l'U.E. pour des essais cliniques

19 10 2004 : e-llico.com > Archives : le fonds Cleews Vellay accessible

18 10 2004 à 13 heures : 10e anniversaire du décès de Cleews Vellay, ancien président d'Act Up-Paris > l'Académie Gay & Lesbienne met en ligne les premiers documents du fonds d'archives données par son compagnon Philippe Labbey

17 10 2004 : lalucarne.org > Mémoire et archives : Pour commémorer le 10e anniversaire du décès de Cleews Vellay, son compagnon Philippe Labbey a fait don de ses archives à l'Académie Gay et Lesbienne (Paris). Cleews Vellay était un militant de la première heure, engagé dans la lutte contre le sida et contre les discriminations ...

16 10 2004 : monchoix.net > Ouverture d’un fonds Cleews Vellay

16 10 2004 : lecrips.net > actualité sur le VIH / sida : Ouverture d’un fonds d’archives de Cleews Vellay, ancien président d'Act Up-Paris

15 10 2004 : rectifications de Philippe Labbey du communiqué de l'Académie Gay & Lesbienne

15 10 2004 > Ouverture d’un fonds d’archives de Cleews Vellay [ tetu.com ]
L’Académie Gay et Lesbienne ouvre un fonds d’archives de Cleews Vellay, du nom de l’ancien président d’Act Up-Paris, mort du sida le 18 octobre 1994.
Pour son Conservatoire des Archives et des Mémoires Homosexuelles, l’association, basée dans la région parisienne, collecte tous les documents en rapport avec Cleews Vellay et appelle toutes celles et tous ceux qui en possèdent à lui faire parvenir une copie.
Le compagnon de l’ancien président d’Act Up-Paris, Philippe Labbey, co-fondateur du Centre Gai et Lesbien de Paris, a d’ores et déjà confié ses propres archives.
L’Académie Gay & Lesbienne mettra en ligne les premiers documents relatifs à Cleews Vellay le 18 octobre prochain, 10 ans exactement après sa mort, sur archiveshomo.info
Conservatoire des Archives et des Mémoires Homosexuelles de l'Académie Gay & Lesbienne, BP N° 28, 94402 Vitry sur Seine Cedex. Tél. : 06 98 32 81 20. E-mail : archiveshomo@yahoo.fr

juin 2004 : 20 ans ou la conscience accrue (éditions Publibook) > J'ai pleuré : poème de Pascal Barbarin [adieu en 1994] à Cleews Vellay, ex-Président(e) d'Act-Up Paris

2003 : Jean-Yves Le Talec > Genre et militantisme homosexuel : l’importance des folles et du camp [... Sidaction en 1994 : Cleews réussit alors une jonction inespérée entre son statut de folle prolétaire et la jet-set, représentée par Line Renaud et Pierre Bergé ... il apparaît entre les deux personnalités et produit une image forte qui restera, pour des millions de téléspectateurs, comme un symbole ...]

1 12 2002 : Média G > SIDAction 94 et 96 :
Pour la première fois en 1994, les six chaînes de télé hertziennes émettent simultanément le même programme : une soirée spéciale pour récolter des fonds contre le Sida ...
mais il faudra attendre minuit pour qu’on laisse la parole à Act Up, par son président Clews Vellay. Très malade est très en colère, Clews Vellay prend à partie les politiques présents : on le calme ...
Il faut attendre 96 pour que la deuxième édition ait lieu. Là encore, Christophe Martet, président d’Act Up ( Clews Vellay est décédé en novembre 94 ), s’en prend très violemment aux ministres présents ...

février 2000 : Act Up, une histoire > Didier Lestrade : Avec Pascal Loubet, j'étais sur le point de créer un nouveau titre de presse gay et lesbien, qui devait publier un cahier sida dans chaque numéro. Le titre que nous avions choisi, Pride, fut l'objet de toute une controverse de la part de l'association Lesbian & Gay Pride qui possédait le nom comme marque déposée. Nous avons fini par obtenir l'aide financière inespérée de Pierre Bergé, que nous avons rencontré grâce à Hugues Charbonneau et Cleews Vellay ...
.

 

[ Haut de page ]

Académie Gay & Lesbienne
Boîte Postale n° 28
94402 Vitry sur Seine Cedex
academiegay@yahoo.fr

http://www.archiveshomo.info
le site d'information
du Conservatoire des Archives et des Mémoires LGBT
de l'Académie Gay & Lesbienne

Académie Gay & Lesbienne, © 2001 - 2006